DU VIDE PARFAIT

Un des extraits des plus inspirants, intrigants et poétiques tiré du « Vrai Classique du vide parfait » de Lie-Zi (philosophe taöiste), environ 450 avant J.C. :


« La semence de toute chose contient l’infime germe de vie. Il se transforme en plantain aquatique s’il tombe dans l’eau; devient mousse s’il se mélange à la terre. Il gagne le coteau et, au milieu du fumier, le plantain se transforme en pied-de-corbeau dont la racine se change en larve et les feuilles en papillon. Le papillon se métamorphose bientôt en insecte qui vit sous les fourneaux et paraît nu comme s’il venait de perdre sa mue. Au bout de mille jours, cet insecte se transforme en oiseau.

Le vieux bambou sans pousse engendre l’insecte de la « paix verte »; celui-ci se transforme en léopard qui à son tour se change en cheval. Le cheval engendre l’homme. L’homme, ultime phase des métamorphoses, retourne enfin au germe de vie. Les dix mille êtres naissent tous du germe de vie et y retournent« .

Powered by WordPress.com. par Viva Themes.
%d blogueurs aiment cette page :