Kid looking at a painting by Mark Rothko

ROTHKO : UN PEINTRE VIOLENT ?

A la vue des œuvres de ce géant de l’expressionnisme abstrait, peut-être, comme moi, avez-vous éprouvé une paix et une sérénité émanant de ses toiles. On sait que Rothko parlait peu mais jamais pour ne rien dire. Il a ainsi déclaré à un journaliste qui lui demandait le sens de ses toiles que : « (s)es tableaux peuvent avoir deux caractéristiques. Soit leur surface se dilate et s’ouvre dans toutes les directions, soit elle se contracte et se referme dans toutes les directions. Entre ces deux pôles, on trouve tout ce que j’ai à dire. ». Très modestement, (je ne saurais me comparer à ce génie), J’avoue que lorsque que l’on me demande ce que veulent dire mes tableaux, je dis souvent que ce sont des autoportraits ou plus simplement qu’ils parlent de la vie entre ordre et chaos.

A cette question du sens de ses œuvres, Rothko ne répond pas vraiment. Laisse-t-il à l’admirateur le choix d’interpréter ses tableaux ? Peut-être, mais il les guide un peu. Je suis convaincu, à l’instar de Marcel Duchamp, que c’est le regard qui fait l’œuvre dans sa diversité et je suis de même tout à fait convaincu que le véritable artiste doit admettre la valeur de l’interprétation du public et le soin de juger et d’interpréter ses toiles. Rothko a même livré une clef essentielle pour la compréhension de ces œuvres en déclarant que « (c)haque forme, chaque espace qui n’a pas la pulsion de la chair et des os, la vulnérabilité au plaisir et à la douleur n’est rien. Toute peinture qui ne témoigne pas du souffle de la vie ne m’intéresse pas ».

Chacun fera ce qu’il voudra de cette phase magnifique mais ce n’est pas cette citation dont je voudrais parler. Rothko a en effet exprimé qu’à « (…) ceux qui pensent que mes peintures sont sereines, j’aimerais dire que j’ai emprisonné la violence la plus absolue dans chaque centimètre carré de leur surface. » et également « L’art recèle toujours des évocations de la condition de mortel ».

Cette explication du maître peut laisser pantois. On connaît tous des peintres à la manière « violente ». On peut ainsi évoquer Basquiat qui semble avoir toujours travaillé dans l’urgence de vivre ou d’un Pollock traçant son chemin sans retour avec le plus souvent des projections de peintures hagardes.

Ce n’est pas la manière de Rothko. J’ai observé ses œuvres en novice de près ou de loin et je n’ai jamais trouvé dans ses traits de peintures une quelconque forme de violence. Aussi sa citation m’a marqué : ai-je raté quelque chose en n’y voyant que paix et sérénité ?

Mon premier réflexe a été de me convaincre que je regardais mal. Ai-je vu de la violence dans les œuvres de Rothko ? Pas vraiment. Je dois l’avouer. Est-ce un tour de passe-passe de Rothko ? Je n’y crois pas.

Alors comment interpréter le souhait du maître qui nous attache à une interprétation, laquelle ne serait pas la nôtre dans la majorité des cas ?

Rothko a-t-il manqué son objectif ? Là aussi je ne le crois pas. Je pense le plus sincèrement du monde que se trouve là un paradoxe que l’on peut retrouver chez certains peintres majeurs.

Rothko a-t-il essayé d’exprimer sa violence dans ses œuvres ? Oui sans aucun doute mais cela nous dit que la sérénité que nous voyons est factice et qu’il nous semble impensable que le peintre ait pensé autrement que la plupart de ses admirateurs. Est-ce grave ? Certainement pas. L’explication des toiles de Rothko nous plonge dans le paradoxe fondamental entre la vision du peintre et celle de l’amateur. Nous avons tous les deux raison. La violence exprimée par Rothko nous permet de regarder ses toiles avec un œil nouveau, sans doute plus proche de ce que l’artiste souhaitait alors que nous voyons pour la plupart une œuvre sereine.

C’est la condition de l’artiste qui est en question. Est-ce l’émotion qui interprète ce que l’artiste a voulu ou est-ce le cerveau qui devrait nous dicter, selon l’objectif de l’auteur de l’œuvre, ce qu’elle signifie ?

10 Replies to “ROTHKO : UN PEINTRE VIOLENT ?”

  1. bravo Alban je ne connaissais pas cette citation de Rothko, ça m’en bouche un coin ! et une bonne source de questionnement en perspective encore 😉

    J'aime

    • Alban dit :

      Merci Patrick, Oui, moi aussi, c’est un commentaire sur son œuvre qui me rend perplexe. Mais s’il le dit, il a sans aucun doute raison. Ce qui est certain, c’est que je vais admirer son immense œuvre sous un autre angle…

      Aimé par 1 personne

  2. ROMA dit :

    Pour ma part, j’ai rarement lu de la sérénité dans ses tableaux…mais plutôt oui une forme de dureté , de violence.

    J'aime

    • Alban dit :

      Merci de votre commentaire. Vous êtes la seule personne à avoir cette lecture. Si le cœur vous en dit, auriez-vous la gentillesse de développer votre propos ?
      Qu’est-ce qui fait naître chez vous dans la manière de Rothko cette sensation de « dureté, de violence » ?

      Merci beaucoup.

      Joyeux Lundi,

      Alban

      J'aime

      • Alban dit :

        par « la seule personne » je voulais dire des gens que je connais et ceux qui ont répondu à l’article, pas à tous les terriens ! Je ne prétends pas avoir la clef unique de compréhension de ses œuvres …

        J'aime

      • ROMA dit :

        Oh ce n’est que mon ressenti, et ce n’est pas un jugement mais seulement mon humble lecture de certains des ses tableaux qui me font sentir cela, tous ce dont il a utilisé le noir , le noir dans la totalité du tableau surtout , j’ai comme l’impression d’un grand vide, d’une descente dans le néant … je sens de la violence … de la dureté .
        Par ailleurs la vibration de la couleur (ou non couleur)noir est une vibration très basse …
        Je ne sais pas si j’arrive à me faire comprendre mais en tout cas c’est cela que je ressens .
        Bonne soirée
        Rosa Maria

        J'aime

      • ROMA dit :

        Oh ce n’est que mon ressenti, ce ne sont pas tous ces tableaux qui me font sentir cela mais tous ce dont il utilise le noir, j’ai i comme le sentiment d’un grand vide, d’une descente dans le néant …les tableaux les plus obscurs je les vois comme des rideaux d’un théâtre…et derrière un rideau s’y cache toujours quelque chose .
        Par ailleurs la vibration de la couleur (ou non couleur)noir est très basse …
        Le rouge souvent si intense…du feu et a mes yeux il devient presque violant.
        C’est pour toutes ses fragilités que je l’aime tant Rothko, il ne triche pas, on y lit son âme .
        Je me permets de faire ce commentaire avec toute humilité.
        Très douce journée
        Rosa Maria

        J'aime

      • Alban dit :

        Merci pour ce commentaire si sensible! Moi aussi je ne peux qu’aborder la chose avec beaucoup d’humilité devant le génie. J’avoue que votre vision de l’art de Rothko est très convaincante et j’y adhère, surtout quand vous parlez du noir et du rouge-feu. Passez un bon weekend! Alban

        J'aime

  3. ROMA dit :

    Vous avez reçu mon message en réponse ? Car je ne le vois pas, mince

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.
%d blogueurs aiment cette page :